AIDA

AIDA

Giuseppe Verdi


FESTIVAL DE SALZBOURG - AUTRICHE

“ Les trompettes de la renommée ”

Chef-d’œuvre méconnu, c’est-à-dire mal entendu, longtemps assimilé à ces deux scènes de masse, avec leur déploiement obligé de chœurs, figurants et trompettes, Aida est en fait une œuvre toute de tension intérieure, tournée vers une intimité peu à peu dévoilée, une vérité qui ose s’exprimer et qui va jusqu’au bout d’elle-même, vérité amoureuse pour Aida, vérité du désir pour Amnéris. Verdi resserre l’action en un drame entre trois personnages marqués par un destin contraire ; il raffine écriture orchestrale et ligne vocale, s’attachant à une pure déclamation lyrique toute en puissance tragique. La scène finale couronne cet hymne à la mort en donnant son originalité bouleversante à cet opéra – car c’est dans un murmure qu’il va s’achever : toute la scène glisse lentement, toute la musique est peu à peu aspirée dans ce néant du silence. Mort d’amour (Tristan et Isolde a été créé six ans auparavant) : comment ne pas avoir le cœur serré devant une telle scène ? On est loin des trompettes et des chœurs du Triomphe ! A Salzbourg, c’est une cinéaste et photographe iranienne qui a imaginé le rituel de cette Aida sublimée par Riccardo Muti mais c’est la première Aida d’Anna Netrebko qu’on venait entendre : elle est exceptionnelle.



REPRÉSENTATION À 19H30 PRÉCISES.
OUVERTURE DES PORTES À 18H45, FERMETURE DES PORTES À 19H15.


DURÉE DU SPECTACLE

3h13 dont 1 entracte de 20 min