LA TRAVIATA

LA TRAVIATA

Giuseppe Verdi


FESTIVAL DE SALZBOURG - AUTRICHE

“ L'amour jusqu'au sacrifice ”

C’est une des oeuvres les plus populaires de Verdi et peut-être de tout le théâtre lyrique. À cause de son livret, tiré de La Dame aux camélias, à cause de sa musique surtout, simple et efficace, admirablement construite dans ses effets, théâtrale au meilleur sens du terme – ce que Proust a bien résumé : « Verdi a donné à La Dame aux camélias le style qui lui manquait ». Du fameux Libiamo du début, cette chanson à boire reprise par tous, à la grande scène qui clôt le premier acte et dans laquelle Violetta lutte avec son désir d’amour à travers des vocalises qui l’étourdissent, E strano, ou du terrible duo entre Violetta et le père de son amant qui se conclue par ce chant nu, résigné, Dite alla giovine, jusqu’à cet adieu à la vie, à la fin, la voix comme au bord de la déchirure, Addio del passato, il n’est guère de moment où l’émotion ne serre le coeur. Le Festival de Salzbourg en a fait l’événement de sa saison 2005, du fait d’abord de la mise en scène épurée de Willy Decker, avec cette obsession du temps qui passe et ronge les âmes, du fait surtout de la présence irradiante d’Anna Netrebko qui donne comme jamais corps et voix à cette sublime sacrifiée : comment échapper à la fascination pour cette femme offerte dans son irrésistible petite robe rouge ? Rolando Villazón, en Alfredo, y succombe avec feu, Thomas Hampson, en Giorgio, avec une gravité résignée. Cette production qui a lancé la carrière d’Anna Netrebko est devenue mythique : vous ne pouviez pas l’ignorer !



REPRÉSENTATION À 19H30 PRÉCISES.
OUVERTURE DES PORTES À 18H45, FERMETURE DES PORTES À 19H15.


DURÉE DU SPECTACLE

2h45 dont 1 entracte de 20 min